gregory watin

Résolument urbain, les oeuvres de Gregory mélangent harmonieusement le travail plastique et digital. Il peut redessiner le numérique et numériser ses dessins pour nous perdre dans un monde qui est au final bien fidèle à notre ère, entre écran et réalité.

Le geste est rapide, les couleurs sont saturées, et derrière le plexiglass, derrière la « vitrine », se cachent divers éléments de récupération humanisant : cartons, papier bulle, chutes d’affiches, bois, plâtre…