Zeklo

350 

350 

350 

450 

450 

450 

450 

450 

Vendue

450 

450 

2100 

2100 

300 

450 

Vendue

80 

Zeklo

Zeklo est un artiste français autodidacte issu du mouvement graffiti.

Voyageur dans l’âme, il parcourt le monde avec sa bombe et son crayon. Sur les murs ou dans son carnet de voyage, son trait est un réel regard sur ce qui l’entoure. Ses œuvres figuratives et colorées représentent la vie quotidienne de ceux qui croisent son chemin. Contemplatif, patient, il aime montrer ce que l’œil ne peut pas voir, se concentrer sur les détails, révéler leur importance et leur caractère, découvrir la face cachée de chacun. Zeklo intériorise le monde pour l’extérioriser avec sa propre subjectivité.

Son travail d’atelier lui permet de mêler différentes techniques et valoriser d’autres supports (toile, papier…) que le mur.

Depuis le début des années 2000, il sillonne le monde et multiplie les apparitions en France et à l’étranger lors d’événements officiels Street Art (Londres, Copenhague, Marrakech…).

Aujourd’hui, nous vous présentons un Zeklo qui a muri, évolué tout en gardant sa patte. Son travail s’est assagit, apaisé, discipliné aussi.

« Je travaille aujourd’hui avec des modèles à proximité, cela me permet de faire des séries, de faire évoluer mes sujets. Je m’approprie au fur et à mesure de la réalisation des portraits les traits de mon modèle pour qu’il devienne un style et non plus une personne. »

Inspiré par le mouvement préraphaéliste, Zeklo rend également hommage dans sa démarche à l’un des peintres fondateurs du mouvement, Gabriel Dante Rosseti, qui a peint toute sa vie la même femme. Comme Rosseti, Zeklo est un peintre de l’âme où ses personnages se situent dans un entre-deux entre réalité et fiction.

Du côté de la technique et de la palette, l’artiste évolue également :

« Je me limite désormais en couleurs, je les veux moins tape à l’œil et plus douces, plus automnales. J’avais envie de m’imposer des contraintes et me tenir à une tonalité. D’habitude, j’aime peindre vite mais le fait d’avoir été enfermé en 2020 m’a enseigné la patience. Je prends désormais plus de temps pour mieux retranscrire la ligne au pinceau. Je recherche un travail plus soigné, plus calme, plus apaisé. »